90 armes saisies chez une personnalité connue de Sherbrooke, dangereux criminel ou victime du système?

 

En prenant connaissance de cette nouvelle, avez-vous eu le même questionnement que moi? Comment se fait-il qu’un citoyen sans dossier criminel soit perquisitionné sur la base d’une lettre anonyme?

Alors que la science nous apprend que les variations du taux d’homicides s’expliquent par «le pourcentage de jeunes dans la population, (…) le PIB et le degré d’inégalité de la redistribution des revenus.»

Que Harvard démontre qu’il n’y a «pas de corrélation entre le contrôle des armes à feu et et moins de crimes violents.»

Et que statistiques Canada  n’a trouvé «aucune corrélation entre le nombre d’armes entre les mains des particuliers et les taux de suicide des diverses régions.»

Évidemment, la façon d’entreposer ses armes est déterminante dans certaines situations. Mais au lieu d’encadrer ces situations et d’offrir des services en santé mentale, (80 % des gens qui se sont suicidés souffraient de dépression») on fait de la répression, se privant de l’effet protecteur de la possession d’arme à feu contre les invasions de domicile avec violence. Pourtant, au Canada, que ce type de crime est en hausse et les victimes sont d’honnêtes citoyens dans plus de 99% des cas. (p.7)

 

Au Québec, le lobby anti-armes règne depuis la Polytechnique, faisant fi du malaise de la famille de Hélène Colgan, devant l’usage qu’ils font de sa mort tragique.

 

Ils clament que le taux de suicide par arme à feu a baissé, mais tairont que la proportion de pendaisons a augmenté (tableau p. 10).

Ils s’enorgueillissent de la baisse du taux d’homicides depuis l’instauration du registre en 1995, mais se garderont bien de dire que le taux est en baisse constante depuis 1975.

 

Ils éviteront de vous dire comment des citoyens sont privés de leur loisir, sous peine de devenir un criminel, que seuls les décès accidentels pourraient encore être évités, et déploieront des millions, pour «peut-être sauver une vie»… Alors qu’il s’agit de 4 décès annuellement au Québec…

 

Et qu’il y en a 108 reliés à des déficiences nutritionnelles (!!!) et 1514 liés au diabète.

Si on a des millions à investir, il a beaucoup plus que 4 vies à sauver!

 

Mais combien on parie que les médias se demanderont si le fait de protéger son identité, est un traitement de faveur?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s