Protéger ses biens, est-ce un crime?

C’est avec horreur que j’ai appris ce matin en lisant un article dans «ma presse» qu’un honnête chasseur et «propriétaire d’immeubles vandalisés fréquemment et impunément par des voyous» se retrouve avec un dossier criminel et perd son droit de posséder des armes pour 10 ans. Ce qu’on lui reproche? Essentiellement d’avoir pris un de ces jeunes sur le fait, de l’avoir pris au collet, de lui avoir ordonné d’appeler son père et de l’avoir retenu en attendant que son père arrive.

 

Il me semble que, selon le bon sens commun, cet homme n’a fait qu’utiliser le gros bon sens, et est légitimement intervenu pour protéger ses biens. Rien ne laisse croire qu’il ait utilisé une force excessive, mais le fait de le retenir en attendant que son père arrive est considéré aux yeux de la loi comme une séquestration, une accusation très grave qui exigerait que le juge sévisse.

 

Il est difficile de trouver pire violation de nos droits fondamentaux au nom de la «justice» que d’être considéré comme un criminel alors que, de toute évidence, l’homme se protégeait d’un crime. Si le juge a raison et que la loi ne lui laisse aucune marge de manœuvre, il s’agit là de la preuve que nos lois sont mal faites et que mon ami Jean-Pierre a raison quand il dit que «certaines lois sont écrites avec de l’encre faite avec du jus de merde.»

 

Et si le juge est dans l’erreur et que la loi lui laisse la possibilité d’utiliser le gros bon sens, alors le fait de ne pas intervenir pourrait faire jurisprudence et nuire à toutes les autres personnes qui se retrouveront en cour pour un incident similaire.

 

Le Canada a déjà porté atteinte à la propriété privée en permettant à la GRC de reclasser certaines armes à feu, les rendant prohibées. Maintenant, la menace vient du fait qu’en protégeant notre propriété, on s’expose à des accusations criminelles.

 

En tant que membre en bonne et due forme, je crois que la NFA se doit d’intervenir dans ce dossier et de prêter assistance à Mathieu Lapointe pour porter sa cause en appel. Je sais qu’habituellement la NFA défend ses membres dans des litiges impliquant des armes à feu. Cette fois-ci, je ne sais pas si l’homme est membre, et je sais que le litige n’implique pas d’armes à feu.

 

Sauf que la sentence implique que cet homme perde son droit d’en posséder pour les 10 prochaines années, rien de moins. Et si rien n’est fait, tous les honnêtes propriétaires d’armes à feu pourraient bien en payer chèrement le prix, si jamais ils devaient protéger leur propriété… Même sans utiliser leur arme.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s